Jardissimo

Jardinage facile et généreux

Au gui l’an neuf

Poster un commentaire

Viscum Album

Viscum Album

D’où vient la coutume de placer du gui en botte accroché à une poutre ou au lustre de la pièce, et de s’embrasser sous le gui aux douze coups de minuit ? La branche de gui est un symbole de prospérité. Cette croyance celtique nous est parvenue du fonds des temps.  Au Moyen Age, le brin de gui était offert en disant  « Au gui l’an neuf ».  Plus tard, la formule fut remplacée par « Bon an, mal an, Dieu soit céans » (c’est à dire dans la maison).  Au XIXe siècle on disait « Bonne et sainte année, le paradis à la fin de vos jours ».  Aujourd’hui nous nous souhaitons une « Bonne et heureuse année ».

Le gui (également appelé gui blanc ou gui des feuillus), viscum album, est un sous-arbrisseau, épiphyte (qui s’ancre sur une autre plante) et hémi-parasite (il prélève la sève de l’arbre qu’il colonise), originaire des régions tempérées d’Europe.  Parmi les feuillus les arbres les plus fréquemment atteints sont les pommiers, les peupliers (surtout le peuplier noir) et les trembles, les saules, les robiniers, les amandiers et les tilleuls.  Les graines de gui sont propagées par les oiseaux qui les mangent.  Leur mucilage leur permettent de coller aux branches sur lesquelles elles tombent ou sont déposées.

Source texte: Wikipedia en français
Source photo: Nova sur Wikimedia

Auteur : Abeille Jardiniere

Anna, géographe de formation, j’adore écrire sur le jardinage que je pratique avec passion.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s