Jardissimo

Jardinage facile et généreux

Au secours, mes plants de tomates sont malades !

2 Commentaires

Richard, dans la Nièvre, et Elisabeth, dans l’Yonne, sont catastrophés par la pourriture grise qui a envahi leurs plants de tomates respectifs.  Une année trop humide a propagé les maladies cryptogamiques et créé un désastre potager.

Les spores de champignon se propagent avec le vent et leur développement est favorisé par un climat humide.  Les orages passagers ne sont pas à craindre malgré la quantité d’eau qu’ils déversent, mais les petits crachins sont bien plus insidieux par l’humidité qu’ils entretiennent.

Tout est affaire de prévention.

Règle numéro un : protégez vos tomates de la pluie.  Certains les plantent en serre, mais la chaleur de l’été doit être régulée.  D’autres leur font un abri comme Danielle qui leur a conçu un auvent.

Plants de tomates protégés par un auvent

Tomates en permaculture dans un jardin de Grez-Doiceau

Règle numéro deux : ne jamais laisser de feuilles toucher le sol, car elles pourraient alors être en contact avec des spores.  C’est la raison pour laquelle les feuilles sont enlevées sur les 20 premiers centimètres de la tige, ou que l’on étale un tapis de sol perméable à leur pied.

Règle numéro trois : s’assurer que l’air circule facilement au sein des plants (séchage rapide) et que ceux-ci ne se touchent pas (limiter la transmission). L’auvent permet cette aération.

Règle numéro quatre : utiliser le cuivre, sous forme de bouillie bordelaise ou de fil de cuivre enroulé sur le tuteur.  Les jardiniers professionnels traitent leurs tomates préventivement tous des 10 à 15 jours.  Richard le pompiste me dit que lui ne pulvérise que deux fois sur la saison.  A l’évidence, cela a marché pour lui jusqu’à cette année désastreuse.  Je cherche encore le purin de plante (et la concentration) qui pourrait diminuer la quantité de cuivre utilisée.  Il semblerait que la prèle, le raifort, l’achillée mille-feuille, l’oignon  et le sureau aient des vertus fongicides.  A vérifier.

Rappel : planter des oeillets d’Inde aux pieds des tomates.

Si vos plants sont atteints, il n’y a plus grand chose à faire, à part récolter ce qui peut l’être (miam!  les beignets de tomates vertes !).  Arrachez et brûlez tout ce qui est malade ! Surtout ne pas mettre dans le compost où les spores se mélangeront au terreau et contamineront vos prochaines plantations.  Continuez à asperger les plants sains préventivement.

On arrache tout ce qui est atteint afin d’éviter la contagion.  Vérifiez si vos pommes de terre ne sont pas atteintes.  Ce serait dommage de perdre toute la récolte. A la saison prochaine, changez d’emplacement dans le potager afin de diminuer les risques.

Auteur : Abeille Jardiniere

Anna, géographe de formation, j’adore écrire sur le jardinage que je pratique avec passion.

2 réflexions sur “Au secours, mes plants de tomates sont malades !

  1. Je trouve que ces regles sont très importants à suivre. Est-ce que les simples auvents peuvent offrir la protection nécessaire ou est-ce qu’il faut construire quelque chose un peu plus grande?

  2. Pingback: Juillet au jardin | Jardissimo

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s